Bord de monde

En Utgard abreuvé de brumes,

Des monstres mortels la tanière,

Ni Ases d’insigne lignage,

Ni Vanes tant savants,

Ni même l’homme glaiseux

Ne résident, ou ne passent

Sans ressentir d’effroi.

Loin de la Valhöl où l’ale coule.

Loin de la mer des rennes,

Morne siège des hommes.

Des serpents le séjour,

Des poissons de bruyère l’abri.

Ni joies ne durent,

Ni rien ne s’épanouit.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s